Le Solstice de l’hiver marque le retour des jours qui s’allongent, c’est la renaissance symbolique du Soleil.

Il évoque la lumière, la vie, la chaleur et le renouveau.

C’est une bonne période pour accompagner la lumière vers l’intérieur de soi afin d’éclairer les parties obscures inconscientes.

En 2020, le jour le plus court de l’année s’accompagne d’une grande conjonction, un phénomène astronomique qui a lieu tous les 20 ans, cette année l’alignement sera presque parfait entre la Terre, Jupiter et Saturne, avec un rapprochement maximal le 21/12/2020. Les 2 planètes seront visibles à l’œil nu dès 17h15 et idéalement vers 18h (privilégier un lieu à l’horizon sud-ouest bien dégagé). [1]

Sur la carte du ciel du 21/12/2020 à 18h, on peut observer l’alignement parfait des 2 planètes qui n’en forment plus qu’une.

Ciel du 21/12/2020 à 18h
Source : https://www.stelvision.com/carte-ciel/

Cette superposition sera présente jusqu’au 25 décembre, on peut observer à 12h un départ de séparation sur la photo ci-dessous :

Ciel du 25/12/2020 à 12h
Source : https://www.stelvision.com/carte-ciel/

Les 2 planètes se chevaucheront jusqu’au 05/01/2021 :

Ciel du 5/1/2021 à 12h
Source : https://www.stelvision.com/carte-ciel/

La grande conjonction Jupiter / Saturne

Une conjonction est un terme qui s’emploie lorsque 2 planètes se superposent pour n’en faire plus qu’une vu de la Terre.

Jupiter se situe à 780 millions de km du Soleil, il lui faut 12 ans pour en faire le tour complet.

Saturne se situe à 1,4 milliard de km du Soleil, son cycle complet est de 29 ans.

Après avoir fait un tour complet autour du Soleil, Jupiter met 8 ans de plus pour rattraper Saturne, les 2 planètes se retrouvent donc à proximité tous les 20 ans.

Habituellement l’alignement est plus approximatif et le rapprochement plus distant, jusqu’à 2 fois le diamètre de Lune, cette année, il sera d’1/5 le diamètre de la Lune, soit un écart de 0.1 degrés. Cette configuration s’est produite en 1623 et se reproduira le 15 mars 2080.[2]

Saturne est moins lumineux que Jupiter, quand le ciel est encore clair, c’est Jupiter que l’on voit en premier.[1]

Avec des jumelles de type 10×50 il serait possible de voir les 4 satellites autour de Jupiter.[1]

....

Symbolisme du solstice d’hiver

Mort – Transition – Renaissance

Victoire de la Lumière et de la Vie sur les Ténèbres et la Mort

Pour renaître, il faut mourir, cette mort symbolique permet de prendre conscience de ce qui est important et de ce qui ne l’est pas.

La lumière n’est plus à l’extérieur, l’homme doit aller la chercher en lui, et c’est là qu’il trouvera la force, le courage, la foi, la sagesse, l’humilité, la gratitude, la reconnaissance. C’est une période de retour à soi, d’isolement, afin de mieux se connaître, et de clarifier nos réels besoins. Ce moment d’introspection, permettra un renouveau plus léger, plus proche de notre nature, de notre originalité.

À l’extérieur, la nature est dépouillée, mise à nue, elle est entrée dans un temps de gestation, elle est en sommeil.

C’est un bon moment pour lâcher, afin de faire de la place à ce qui vient. Observer là où nous en sommes, pour voir là où on va. Tous les aspects sont à prendre en compte, matériellement, psychologiquement, émotionnellement, spirituellement, l’idée est de repartir sur des bases plus saines, plus proche de notre nature, de notre conscience, de renaître à nous-même, afin d’être entier.

C’est une période où l’on peut voir en nous les blocages, les faiblesses, les forces, les réussites, avec clarté et honnêteté et composer avec ce que l’on est, dans le respect et l’écoute de soi.

Symbolisme de Jupiter et Saturne

Ces 2 planètes sont considérés comme opposés et complémentaires : Jupiter représente l’expansion, Saturne la limitation. Jupiter étend, Saturne fixe et cristallise. Un cheminement complémentaire pour tendre vers l’harmonie. En confrontant nos peurs avec Saturne, il est possible de les dépasser en lâchant prise avec Jupiter. Saturne apporte la sagesse des expériences, la maturité pour vivre réellement libre sans tomber dans la démesure de Jupiter.

Cette période qui a déjà commencé il y a quelques semaines et qui se prolongera jusqu’à fin janvier, début février, est un moment privilégié pour accepter la dualité et la dépasser, pour sortir de cette image bénéfique/maléfique et percevoir la fonction des cycles dans une évolution vers plus de conscience et de sagesse.

♃ Jupiter : expansion – sociabilité – spiritualité

  • Élément : Air (chaud et humide)
  • Polarité : Yang masculine
  • Métaux : Étain
  • Planètes harmoniques ou complémentaires : Mercure Saturne
  • Durée du cycle : 12 ans environ

Planète lente et lourde, sociale et collective, elle apporte succès, récolte, protection et chance. Elle vient après les planètes rapides et individuelles.

L’astrologie traditionnelle la surnomme le « grand bénéfique », le « petit bénéfique » étant Vénus.

5ème Planète du système solaire, cette géante gazeuse est la planète la plus massive, son diamètre est 11 fois plus grand que la Terre. Composée comme le Soleil d’hydrogène et d’hélium, elle possède le champs magnétique le plus intense, 14 fois plus puissant que la Terre. Elle rayonne plus d’énergie qu’elle n’en reçoit du Soleil, elle émet une chaleur interne presque supérieure à celle captée par le Soleil. Toutefois il lui faudrait être bien plus grosse encore pour démarrer une forme de fusion atomique de l’hydrogène. Des vents violents parcourent sa surface à 600 km/h. Sa « grande tâche rouge » est d’ailleurs un anticyclone qui pourrait contenir 3 planètes Terre.

Aspect positif de Jupiter

Expansion : dans tous les aspects matériel, social, professionnel et spirituel. Favorise la réussite, le confort matériel, la richesse, les honneurs, la mise en lumière, l’avènement social et l’accomplissement qui survient après la période de Mars liée à la lutte, l’aboutissement des désirs et l’affirmation.

Sociabilité : favorise l’intégration sociale dans le groupe et la coopération mutuelle. Favorise également le processus de mûrissement de la personne vers plus de maturité et de charisme. Mercure construit les bases de l’intelligence et du relationnel, Jupiter bâtit l’intégration à la collectivité et poursuit l’accomplissement de la force solaire.

Spiritualité : favorise la sublimation, l’expansion de la conscience, la maturité spirituelle, la non-dualité, le retour à l’unité absolue. Soutient le passage d’une conscience sociale à une conscience absolue.

Morale, justice, loi : c’est également le principe de cohésion qui empêche le chaos.

C’est la « sublimation » du processus alchimique, c’est l’œuvre au jaune, l’action d’épurer, de transformer.

Aspect négatif de Jupiter

Jupiter refuse des limites imposées. Cette planète reflète l’actuelle société de consommation qui ne se soucient pas des dégâts causés à long terme, de l’épuisement des ressources naturelles… Le cycle de la Nature fait suivre à cela une évolution vers Saturne afin de poser des limites logiques pour tendre vers plus de sagesse.

Sa permanente courbe exponentielle et ses constantes récoltes de bénéfices génèrent exagération, excessivité. Au mieux elle exprime extravagance et autosatisfaction, au pire c’est la fuite en avant, le dérèglement, une prolifération incontrôlée, l’excentricité, la mégalomanie, l’anarchie. C’est dans ces moments là que Jupiter a besoin des limites de Saturne.[3]

♄ Saturne : structuration – maîtrise – sagesse

  • Élément : Terre (froid et sec)
  • Polarité : Yin féminine
  • Métaux : Plomb
  • Planètes harmoniques ou complémentaire : LuneJupiter
  • Durée du cycle : 29 ans environ

L’astrologie traditionnelle la surnomme le « grand maléfique», le « petit bénéfique » étant Mars.

6ème Planète du système solaire, cette géante gazeuse est la 2ème planète la plus massive du système solaire, c’est également la plus éloignée visible à l’œil nu. Elle est 3 fois moins massive que Jupiter, et 95 fois plus que la Terre. Elle possède un champs magnétique élevé. Elle est composées comme le Soleil et Jupiter d’hydrogène et d’hélium. Des vents violents de près de 1800 km/h parcourent sa surface, sa température moyenne est de -180°C.

Aspect positif de Saturne

Structuration : dans le sens de donner une forme, poser des limites, un cadre. Comme Jupiter elle favorise la conscience sociale du collectif mais d’une façon plus restrictive, disciplinée et conservatrice. Avec Jupiter c’est la fête, la liberté, avec Saturne c’est la fin de la fête. Ceci fait partie des cycles, toute vie, toute réalité a besoin de structures, de limites claires, la notion de cycle amène des commencements et des fins. Avec Saturne, c’est l’heure du bilan de ce que l’on a réalisé avec Jupiter, c’est le moment de faire le point sur les acquis et les pertes.

Maîtrise : favorise la pensée logique, les actions constructives, les expériences. Rigueur, discipline, patience, persévérance, concentration, méthode, organisation.

Sagesse : réalisme qui peut être pesant, conscience des responsabilités qui découlent de nos choix (peut être vécu comme une fatalité). Prises de conscience liées à une meilleure introspection, plus honnête, plus mature, qui mènent vers une plus grande conscience de soi, un affinement du psychisme et du mental, à des états mystiques de sagesse.

C’est la « Coagulation » du processus alchimique, l’œuvre au noir.

Aspect négatif de Saturne

Peur : elle représente la peur du devenir, des autres, de la vie, de l’amour… Saturne représente la totalité des peurs accumulées qui amènent de fréquentes remises en question.[4]

Les Saturnales à l’origine des fêtes de Noël

Les Saturnales des romains furent instaurés par l’empereur Aurélien en 274 après J.C. afin de réunir tout l’empire autour d’une fête commune, une sorte de religion de l’État, dans le but de renforcer les liens. Il choisit un culte universel, le culte de Sol Invictus, le Soleil Invaincu. Il édifia à Rome un temple sur le Champ de Mars et créa un collège de pontifes du Soleil. Une grande fête était célébrée le 25 décembre, date (erronée) du solstice d’hiver selon le calendrier julien. C’était le Dies Natalis Solis, Jour de naissance du Soleil, le Natalis Solis Invicti, la Naissance du Soleil Invincible. Natalis a donné naissance au terme Noël (Natale en italien, Nadal en occitan et catalan). Mal accueilli par les milieux conservateurs romains, ce nouveau culte s’adressait davantage aux militaires qu’aux civils. L’empereur Constantin Ier, adorateur du Soleil au début de son règne, imprimera sur les pièces de monnaies Soli Invicto Comiti, au Soleil invaincu qui m’accompagne, puis le 7 mars 321 il fera du Jour du Soleil, soit le dimanche, le jour du repos hebdomadaire. En 380, l’empereur romain Théodose Ier interdit définitivement le culte de Sol Invictus à travers l’édit de Thessalonique, le 25 décembre devint exclusivement la naissance du Christ.

Plusieurs ornements des saturnales ressemblent à ceux utilisés pour les fêtes de Noël, des plantes vertes était placées dans les maisons, du houx, du gui et du lierre, des cadeaux étaient échangés, les enfants étaient gâtées, des repas étaient organisés, c’était un moment ou les barrières sociales disparaissaient, où les esclaves retrouvaient leur liberté, les tribunaux et les écoles étaient fermés, les exécutions interdites, tout le monde était en vacances et faisait la fête.[5]

Les saturnales célébraient le dieu Soleil, Saturne, dieu du Feu, dieu des semailles, le nom Saturne pourrait provenir de « Sator« , qui signifie « le semeur », dieu qui permet la croissance des cultures par la chaleur du Soleil. La planète Saturne porterait ce nom du fait de sa couleur rouge qui représente le dieu du Feu.

Pendant les Saturnales, de grands banquets étaient offerts, on dégustait des galettes où une fève était dissimulée, celui qui la trouvait devenait le « Roi des Saturnales », il pouvait distribuer des gages et donner des ordres ridicules pendant toute une semaine.

Un manuscrit Actes de Saint Dasius dont l’authenticité est assurée mais pas son auteur ni sa datation (postérieure à 325 mais décrivant un fait de 303), découvert par F. Cumont (1868-1947), décrit la fête des Saturnales en évoquant que celle-ci se terminait par le sacrifice du Roi des Saturnales, se tuant lui-même pour s’offrir au dieu Saturne. Elle évoque l’histoire de Dasius un soldat chrétien qui pour avoir refuser de jouer le rôle du Roi, est puni de mort. Une croyance en la mise à mort du roi des saturnales perdure. Toutefois, d’après une enquête menée par Francesca Prescendi, historienne des religions à l’Université de Genève, Rois éphémères, enquêtes sur le sacrifice humain, la pratique décrite dans ce manuscrit n’a pas de comparaison à Rome. Elle conclut que les sacrifices humains sont étrangers aux fêtes des Saturnales.[6]

Symbolisme divers

Le « gui » est couramment utilisé à cette période car c’est pour lui un temps de floraison, il symbolise la survie de l’âme, la vie après la mort apparente de la nature.

La « Bûche de Noël » symbolise le retour de la lumière, elle correspond à la bûche de chêne prélevée dans le feu sacré allumé la nuit du solstice d’été, puis conserver tout ce temps pour restituer l’énergie solaire emmagasinée.

Le « Sapin de Noël », arbre toujours vert, symbole d’espoir, d’éternité, de résilience, il nous encourage à poursuivre notre chemin, dans la nature il montre que la mort est une illusion.

Profitez bien de cette période pour festoyer et échanger de bons moments avec vos proches. Même si nous sommes dans une période particulièrement limitante à l’image du symbolisme de Saturne, les cycles vont et viennent, rien ne dure. Profitons de chaque instant pour ce qu’il est, ensemble ou éloigné, la distance n’est qu’un aspect de la réalité, en revenant à soi, on s’aperçoit que la séparation n’est qu’apparente et temporaire.

Joyeux Soleil 🙂

Sources

[1] https://www.stelvision.com/astro/21-decembre-2020-la-grande-conjonction-saturne-jupiter/

[2] https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-grande-conjonction-solstice-ne-manquez-pas-tete-tete-exceptionnel-jupiter-saturne-84387/

[3] https://passion-astrologue.com/planete-jupiter-en-astrologie/

[4] https://passion-astrologue.com/planete-saturne-en-astrologie/

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Sol_Invictus_(religion)

[6] https://journals.openedition.org/anabases/5787

[5] https://www.stelvision.com/carte-ciel/

%d bloggers like this: