Beaucoup de textiles d’hiver et de pelotes de laine sont en acrylique (chaussette, écharpe, pull, fausse fourrure, lingerie…). Cette fibre légère bon marché, imite parfaitement la laine. Le plus souvent elle est mélangée à d’autres fibres pour apporter plus de douceur, de souplesse et facilité l’entretien (séchage rapide, infroissable). Elle est utilisée en tant qu’isolant thermique, mais au contraire de la laine, cette fibre n’est pas respirante. Résistante aux acides, elle est très utilisée dans la fabrication de vêtements de travail.

Cette fibre est néfaste pour l’environnement tout au long de son cycle de vie. Elle est reconnue comme :

  • Agent mutagène (interagit négativement avec l’ADN)
  • Écotoxique
  • Hautement inflammable
  • Polluant de l’eau
  • Polluant de l’air
  • Polluant de la terre
  • Allergisante
  • Énergivore

Composition

Issu de la pétrochimie, l’acrylique est une fibre synthétique chimique dérivée du pétrole. Elle est obtenue à partir d’huile minérale ou d’autres hydrocarbures. Elle est fabriquée par un processus de polymérisation de la molécule d’acrylonitrile (la polymérisation permet à de petites molécules de s’associer pour former des molécules plus grandes).[1] Cela permet d’obtenir une pâte qui sera ensuite filée. Le filage nécessite l’utilisation de solvants toxiques. La fibre est tissée, puis lavée à l’eau chaude et plongée dans un bain d’acides pour la rendre antistatique.[3]

L’acrylonitrile (autres noms : cyanure de vinyle, cyanure vinylique ou VCN) est constitué d’un groupe de vinyle lié à un nitrile. L’acrylonitrile est toxique en raison notamment de la production de cyanure[2] :

Pollution de l’Eau

Lors du lavage en machine de trop nombreuses fibres se détachent (beaucoup plus que pour d’autres textiles). Le problème : les stations d’épuration ne sont pas capables de filtrer ces microfibres, cela entraîne des conséquences nocives pour les milieux aquatiques[1], ces fibres finissent dans les océans et sont absorbés par les êtres vivants.

Conseils pour réduire l’émission de microfibres

  • Laver son linge à 30°C
  • Utiliser un programme court
  • Réduire le nombre de tours par minute
  • Éviter le sèche-linge
  • Nettoyer les petites tâches à la main afin d’éviter des lavages non nécessaire
  • Favoriser une lessive non toxique qui n’attaquera pas davantage la fibre
  • Éviter les assouplissants avec des tensioactifs cationiques (ammoniums quaternaires toxiques pour les organismes aquatiques et les micro-organisme)
  • Installer un filtre à l’extérieur du lave linge PlanetCare (changement du filtre tous les 20/30 cycles) ou Filtrol (durée du filtre 1 à 2 ans, il doit être nettoyer régulièrement), (140€). Ces filtres seront installés sur les machines à laver neuves à partir de 2025.
  • Utiliser un sac en polyamide non traité qui retient les microfibre le GuppyFriend (30€)

Attaque le cuivre des conduits d’eau

L’acrylonitrile attaque les cuivre et ses alliages des conduits d’eau potable.[2]

Pollution de la Terre

Les boues de stations d’épuration (résidus des traitements des eaux usées) sont utilisées à 75% comme fertilisants agricoles. Il n’existe aucun traitement pour éliminer les microplastiques de ses boues.[5]

Lorsque nous portons nos habits nous disséminons 3 fois plus de fibres dans l’environnement que pendant leur lavage. [4]

Pollution de l’Air

Un autre danger avec ces fibres est la combustion, souvent les vêtements en acrylique usagés finissent à l’incinérateur, cela entraîne la libération de 2 gaz[1] :

  • CO2 (dioxyde de carbone) => danger d’asphyxie
  • HCN (cyanure d’hydrogène ou acide cyanhydrique) => gaz extrêmement toxique qui entraîne de grave complications pour l’organisme.

On retrouve également une pollution de l’air par l’acrylonitrile dans :

  • les émissions de pots d’échappement
  • la fumée du tabac
  • les vapeurs émises de certains plastiques chauffer pour être modeler (processus de thermoformage)
  • les vapeurs émises par certaines unités de traitement pour recyclages ou valorisation de déchets de plastiques.

Allergie à l’acrylique

Démangeaisons, eczémas, boutons, brûlures, irritations… certaines réactions allergiques cutanées semblent provenir des produits chimiques utilisés lors de sa production.[6]

Usure rapide

Cette matière s’use très rapidement, afin d’éviter de répandre ces fibres, il est donc préférable de ne pas acheter de nouveaux textiles contenant de l’acrylique.

Bien regarder les étiquettes car on retrouve de l’acrylique dans les chaussettes en laine vendues en magasins bio !!!

Sources :

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Fibre_acrylique

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Acrylonitrile

[3] https://www.wedressfair.fr/matieres/acrylique

[4] https://www.sciencedaily.com/releases/2020/03/200309221340.htm

[5] https://lapagaiesauvage.org/2020/05/25/microplastique_station_epuration_eaux_usees/

[6] https://www.lesoptimistes.fr/acrylique-tissu-synthetique-a-eviter/

%d blogueurs aiment cette page :