Mis à jour le 02/09/2023

En 2020, une étude menée par le Dr. Antonio Ragusa en Italie a révélé la présence de microplastiques dans les placentas humains. Ces minuscules particules de plastique, mesurant moins de 5 millimètres de diamètre, on en retrouve partout : dans l’environnement, l’air, l’eau, les sols, et malheureusement, jusqu’aux organismes vivants, y compris les humains, via la chaîne alimentaire. Cette omniprésence soulève des inquiétudes majeures pour l’environnement et la santé publique, car ces particules pourraient avoir des répercussions profondes sur les écosystèmes et la santé humaine. Découvrir des microplastiques dans un placenta soulève des questions cruciales : cela signifie que le bébé est constitué en partie de plastique. Les conséquences potentielles pour la santé des nouveau-nés et des générations futures sont encore largement inconnues, mais cette découverte appelle à une réflexion sérieuse sur notre relation avec le plastique et son impact sur notre santé et notre environnement.

Découverte de microplastiques dans des placentas humains

Une surprenante découverte : des microplastiques dans les placentas humains

L’étude a été menée par le Dr. Antonio Ragusa, gynécologue obstétricien, chef du service d’obstétrique et directeur de l’hôpital d’obstétrique et de gynécologie de l’Uoc Fatebenefratelli à Rome. [1] Il a commenté cette découverte en expliquant que : « Si vous trouvez quelque chose dans le placenta, cela signifie que vous trouvez quelque chose dans le bébé. [..] C’est comme avoir un bébé cyborg qui n’est plus uniquement formé de cellules humaines mais d’un mélange d’entités biologiques et non-organiques » [3]

Les chercheurs n’ont analysé que 4 % de chaque placenta humain, ce qui suggère que le nombre total de microplastiques pourrait être bien plus élevé. Dans 4 des 6 placentas examinés, ils ont identifié la présence de microplastiques dans toutes les parties placentaires, incluant les membranes maternelles, fœtales et amniochorales. [1] Afin d’éviter toute contamination des placentas lors des accouchements, l’équipe a adopté un protocole d’accouchement sans plastique, utilisant des gants et des serviettes en coton. [2]

Au total, 12 fragments microplastiques d’une taille allant de 5 à 10 micromètres (soit entre 0,005 et 0,01 millimètre, une taille permettant le passage dans les vaisseaux sanguins) ont été découverts. Ces fragments présentent des formes sphériques ou irrégulières et sont pigmentés en bleu, rouge, orange ou rose.

Parmi ces fragments, 3 ont été identifiés comme étant du polypropylène teinté et un polymère thermoplastique, tandis que les pigments des 9 autres fragments ont pu être identifiés comme étant utilisés dans des revêtements artificiels, des peintures, des adhésifs, des enduits, des peintures pour enfants, des polymères, ainsi que des produits cosmétiques et de soins personnels… [1]

Ces résultats laissent penser que les microplastiques ont probablement été ingérés par l’organisme des femmes enceintes, soit par le biais de leur alimentation, de leurs boissons, ou par inhalation. [3]

Malgré la présence de microplastiques, les grossesses se sont déroulées normalement et les bébés sont nés en bonne santé.

Extrait de l'étude menée par le Dr. Antonio Ragusa, Plasticenta First evidence of microplastics in human placenta, Environment International, Volume 146, 2021

Extrait de l’étude italienne menée par le Dr. Antonio Ragusa, Plasticenta: First evidence of microplastics in human placenta, Environment International, Volume 146, 2021, 106274, ISSN 0160-4120. Disponible sur : https://doi.org/10.1016/j.envint.2020.106274

Le placenta : un organe crucial pour la vie intra-utérine

Le placenta relie l’embryon à la paroi utérine, il joue un rôle essentiel dans le développement du fœtus. Il fournit l’eau, les nutriments et l’oxygène au bébé, il évacue le dioxyde de carbone et les déchets, et sécrète des hormones maintenant la grossesse et ajustant la physiologie maternelle au fœtus. [5] La découverte de microplastique à cet endroit du corps, nous indique que les particules plastiques peuvent traverser les barrières cellulaires et atteindre des tissus sensibles tels que le placenta.

Les incertitudes concernant les conséquences des microplastiques

Les conséquences exactes de la présence de microplastiques dans les placentas humains restent à déterminer, mais les scientifiques insistent sur l’urgence d’évaluer les risques, en particulier pour les nourrissons. La présence de ces microplastiques dans le placenta pourrait avoir des répercussions potentielles sur le système immunitaire, la génétique et entraîner une croissance fœtale réduite. Les auteurs de l’étude soulignent que des recherches supplémentaires doivent être menées pour évaluer si la présence de microplastiques peut déclencher des réponses immunitaires ou entraîner la libération de contaminants toxiques, pouvant entraîner des dommages. «Avec la présence de plastique dans le corps, le système immunitaire est perturbé et reconnaît ce qui n’est pas organique. Les particules pourraient affecter la façon dont les gènes de l’enfant sont exprimés, entraînant des changements de développement ». [3]

Le Dr. Charles Kingsland, directeur clinique des cliniques de fertilité Care, a déclaré que les microplastiques présents dans le placenta pourraient potentiellement empoisonner directement l’enfant à naître ou réduire son approvisionnement en oxygène, entraînant des risques de mort-né et de poids insuffisant à la naissance. Il a ajouté : «Nous devons être beaucoup plus conscients des dommages potentiels que nous causons.» [3]

Bien que les bébés aient eu des naissances normales, Andrew Shennan, professeur d’obstétrique au King’s College de Londres, souligne qu’il est «évidemment préférable de ne pas avoir de corps étrangers pendant le développement du bébé». [3]

Inhalation de microplastiques pendant la grossesse

Une étude publiée le 24 octobre 2020 a révélé que des nanoparticules de plastique inhalées par des rates gestantes de laboratoire étaient détectées dans le foie, les poumons, le cœur, les reins et le cerveau de leurs fœtus. Des études complémentaires sont nécessaires pour déterminer la toxicité spécifique des organes et des implications de l’exposition aux nanoplastiques sur le potentiel de reproduction et le développement fœtal. [4]

En attendant de mieux comprendre les risques, il est primordial de limiter l’exposition aux microplastiques, notamment dans l’alimentation. Certaines conditions comme la chaleur, le froid ou le gras accentuent la dégradation des microplastiques. Pour découvrir les bons gestes à adopter et ceux à bannir, je vous invite à consulter « Le plastique PET : compositions risques et précautions« 

Sources

[1] Une étude italienne menée par le Dr. Antonio Ragusa, Plasticenta: First evidence of microplastics in human placenta, Environment International, Volume 146, 2021, 106274, ISSN 0160-4120. Disponible sur : https://doi.org/10.1016/j.envint.2020.106274 (https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0160412020322297)

[2] Damian Carrington, Microplastics revealed in the placentas of unborn babies, The Guardian, 2020. Disponible sur : https://www.theguardian.com/environment/2020/dec/22/microplastics-revealed-in-placentas-unborn-babies

[3] Colin Fernandez, Microplastic particles in the womb: Women give birth to ‘cyborg babies’ no longer made up of just human cells as experts fear it could interfere with development, Daily Mail, 2020. Disponible sur : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9069525/Women-birth-cyborg-babies-no-longer-just-human-cells.html

[4] Sara B. Fournier, Nanopolystyrene translocation and fetal deposition after acute lung exposure during late-stage pregnancy, National Library of Medicine, PMC7585297, 2020. Disponible sur : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7585297/

[5] Placenta sur Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Placenta

Le plastique PET : composition, risques et précautions

Les emballages en plastique PET dégagent des microplastiques dans les aliments et les boissons que nous consommons. Certaines conditions d’utilisation accentue la dégradation et donc la libération de microplastique. Quelles sont ces conditions ? Comment les éviter ?