La fibre de bambou naturelle est plutôt rêche et cassante, pour la rendre douce et fluide, elle est transformée en viscose (ou lyocell). Cette fibre est synthétisée à partir de cellulose de bambou. Moins coûteuse à produire, la quasi totalité des vêtements en fibres de bambou sont en réalité en viscose ou rayonne de bambou.[8]

Pour obtenir cette fibre synthétique, de nombreux traitements chimiques sont nécessaires, dont l’ajout de disulfure de carbone, un solvant toxique pour la reproduction humaine.[3]

Appréciée pour son confort et sa douceur, le textile en fibre de bambou n’est pas une alternative favorable pour l’environnement et notre santé. De nombreux éléments chimiques imprégnés dans le tissu peuvent être nocifs pour la peau et pour le système reproductif, quand le tissu est porté directement sur la peau pendant plusieurs heures.[4]

Toxique pour la fertilité

Pour fabriquer de la viscose, la cellulose de bambou est :

  • Dissoute dans de la SOUDE CAUSTIQUE.
  • Auquel on ajoute, pour la rendre soluble, du DISULFURE DE CARBONE ==> un solvant très toxique connu pour ses risques de perturbations de la reproduction humaine.[3] Ce perturbateur endocrinien cause une importante pollution de l’eau et de l’air, compromettant la santé des travailleurs.
  • Puis, elle est dissoute dans de l’HYDROXYDE DE SODIUM dilué pour obtenir le liquide visqueux nommé viscose.
  • Pour finir, elle est filtré et mise dans un bain contenant de l’ACIDE SULFURIQUE.[3]

Contient un bactéricide controversé : l’Ammonium Quaternaire

La fibre de bambou est naturellement anti-bactérienne, ce qui n’est pas le cas du viscose de bambou, son action anti-bactérienne est le résultat d’un traitement à l’ammonium quaternaire.

L’AMMONIUM QUATERNAIRE est un puissant bactéricide qui offre à la fibre des propriétés antibactériennes pendant quelques temps, car ce traitement diminue au fil des lavages.[2] Surnommés « quats », les ammoniums quaternaires ne sont pas encore bien compris des chercheurs.

Une étude menée sur des souris par des chercheurs de l’Université de Californie à Davis publiée dans Environmental Health Perspectives[6] démontre qu’in vitro, deux quats couramment utilisés et nommés chlorure de cétylpyridinium et chlorure de benzalkonium, inhibent les mitochondries et interrompent la signalisation des œstrogènes dans les cellules.[5]

Elle est anti-UV, anti-odeur et anti-transpirante.

La culture de bambou [2]

Le bambou est cultivé sans pesticides, sans engrais ni produits chimiques. Sa culture participe à la diminution du CO2, en obsorbant plus de CO2 que les arbres feuillus.

On peut le récolter plusieurs fois dans l’année, car sa croissance est rapide, elle peut aller jusqu’à 1 mètre par jour.  

Ses feuilles favorisent l’infiltration de l’eau de pluie dans le sol. Sa culture demande 4 fois moins d’eau que le coton. [7]

Son système racinaire très dense limite l’érosion.Le bambou est une plante très résistante.

Toutefois certaines variétés de bambou sont invasives et peuvent perturber la biodiversité des écosystèmes. Sa culture doit être contrôlé. Ce qui n’est pas toujours le cas, certains endroits pratique même la déforestation illégales pour la culture de bambou.

Les mentions biologique et écologique peuvent faire référence à la manière dont le bambou a été cultivé, et non à la façon dont il a été transformé.

Culture de bambou - Fibre Bambou // Viscose de bambou - Toxique pour la fertilité - Le Sentier Géobio

 

Les textiles certifiés GOTS avec l’appellation «fabriqué avec des matières organiques» peuvent contenir jusqu’à 10% de VISCOSE de bambou issu de l’agriculture biologique !!![8]

99% des textiles en fibre de bambou sont en viscose de bambou. La fabrication est tellement problématique que les industries européennes du bambou se délocalisent vers des pays où les règles de protection de l’environnemnt et du personnel sont quasi inexistantes ou très laxistes.[2] L’Association Française de la Normalisation (AFNOR) est en train de mettre en place 2 appellations différentes pour distinguer les vêtements en fibre de bambou et ceux en viscose de bambou (mentionner LYOCELL ou VISCOSE).

%d blogueurs aiment cette page :